Leïla Sebbar romancière et nouvelliste

                                                                                   Journal d'une femme à sa fenêtre  

                                                                                                         suite 50
                                                                                                      (avril 2017)






Koubba de Sidi Ben-Sar à Bordj Amir Khaled, Hauts Plateaux (Algérie), janvier 2017. (Photo : Mustapha Chaib)

Alphabet des oiseaux. Alain Lopez et le souk de Sougueur, Hauts Plateaux, Algérie. Grande Synthe. Attentats contre les chrétiens d’Égypte. Les juifs de Turquie et le Portugal. TATI mis en vente. Panneaux électoraux. Le psy violeur. Les Roms sous le viaduc.

Début avril

Un abécédaire comme je les aime, Alphabet des oiseaux.

Alphabet des oiseaux

Alain Lopez, un ami de Nora Aceval, natif des Hauts Plateaux, a photographié le marché de Sougueur, près de Tiaret. Dans le souk, des tapis d’Aflou et des moutons « tête à tête » m’écrit Nora, une manière traditionnelle de les attacher pour la vente et pour la traite.
J’irai un jour à Aflou ?



Le souk de Sougueur près de Tiaret. Printemps 2016. (Photos Alain Lopez)

9, 10, 11 avril

À Grande Synthe, où je suis allée il y a quelques années, à quelle occasion ? J’avais visité le musée de la mine. J’ai reconnu deux petits tableaux d’Édouard Pignon, le père de Dominique, peintre de « L’école de Paris », ami de de Staël, Manessier, Singier, Hartung, Soulages, Picasso… Dominique ne les avait jamais vus. Il s’est arrêté au musée avec Ferdinand, lors d’un voyage-pèlerinage dans le Pas-de-Calais natal d’Édouard, dont la mère « nordiste » tenait un café à Marles-les-Mines, le père était mineur de fond. Chaque fois qu’il entend la chanson de Pierre Bachelet « Les Corons », Dominique est ému, moi aussi.

À Grande Synthe, un camp de réfugiés, ils sont 1 700, Afghans, Syriens, Irakiens, Kurdes… Le maire et des associations ont construit pour eux des chalets en bois. Après le démantèlement de Calais, afflux de réfugiés à Grande Synthe. Tension. Agressivité. Bagarres entre Afghans et Kurdes. Ils mettent le feu aux chalets, volontairement. Le camp est dévasté. Que pensent le maire et les associations ?

12 avril

Deux femmes dans un restaurant italien à La Muette, deux sœurs, deux amies ? L’une fait entendre à l’autre un enregistrement de chants d’oiseaux dans son jardin. Elles écoutent, enchantées. Un peu trop longtemps…

Les attentats contre des églises coptes en Égypte ont fait 44 morts lors du dimanche des Rameaux. Attentats islamistes. Les derniers chrétiens d’Égypte, premiers habitants du pays, vont être chassés comme les juifs l’ont été dans les années 1950 ? Le monde arabe va devenir le monde de la pensée unique, du parti unique, d’une religion unique ? Une régression que les révoltes arabes de 2011 n’avaient pas prévue.

Quant aux juifs de Turquie (aujourd’hui 15 000), l’empire ottoman les avait reçus avec une certaine bienveillance, contrairement à plusieurs pays arabes intraitables sur la « Dhimitude » qui leur conférait un statut d’infériorité sous prétexte de protection des minorités, ils s’inquiètent des mesures autoritaires discriminantes du président Erdogan, après la tentative de coup d’État qui lui a permis d’imposer une sévère purge politique à nombre « d’opposants ». 3 000 juifs turcs ont entrepris des démarches pour devenir citoyens du Portugal qui a voté une loi en 2015 accordant la nationalité portugaise aux descendants des juifs expulsés du Portugal et d’Espagne par l’Inquisition. L’Espagne a pris les mêmes dispositions que le Portugal.

14 avril

Dans le journal Libération, le journaliste Stéphane Harounyan raconte l’aventure des mots nés du mélange des langues minoritaires dans la banlieue de Marseille. Les élèves de l’École de la deuxième chance et Vincent Desombre voudraient créer un dictionnaire du « parler quartier ». À suivre.

20 avril

TATI La célèbre enseigne à petits prix, temple de l’immigration maghrébine à Barbès, Paris, mise en vente. Déjà les boutiques de « tissus arabes » ont disparu au profit de la téléphonie. TATI, lieu de mémoire, « vaisseau amiral » de la marque fondée en 1948 par Jules Ouaki, emploie 1 700 salariés dans 140 magasins. TATI, tissu à carreaux rouges et blancs, tissu vichy des nappes des cafés populaires en voie de disparition, tissu des jupes « Vichy » de Brigitte Bardot, tissu des grands sacs TATI chers aux SDF… Tout cela n’existera plus, comme l’Île Seguin, rasée au profit du luxe, l’usine RENAULT, où tant d’ouvriers immigrés ont travaillé. Qui le sait aujourd’hui. Plus de traces de ces hommes, pas même un petit musée à Boulogne.

21 avril

Essia, jeune étudiante en licence d’anglais, 19 ans, porte le hijab. Elle entraîne deux équipes de foot féminin (11-13 ans) de l’AS Surieux dans l’Isère. La ligne Auvergne-Rhône-Alpes lui interdit la finale de la coupe Rhône-Alpes à cause du foulard islamique, c’est le règlement…

Jusqu’au 23 avril campagne électorale.

Sur le trottoir vers l’école de la rue Vulpian, un texte au pochoir :

« Complot des médias

Et de la finance pour

Élire Macron

Résistez !!! »

Panneaux électoraux le long de l’école Estienne boulevard Blanqui (Paris 13e) pour l’élection présidentielle. Sur l’affiche Fillon un graffiti étrange :

« Farid et Farida Fillon les Thénardier de la Sarthe »

Pourquoi Farid et Farida ?

Panneaux électoraux, le long de l’école Estienne Paris 13e, avril 2017 (coll. part.).

Une performeuse professionnelle se dénude devant La Joconde au musée du Louvre et devant L’Origine du monde de Courbet au Musée d’Orsay. Sa mise à nue volontaire « rend hommage aux artistes », le tableau lui-même ne suffit pas comme œuvre d’art ? Il aurait besoin d’un geste de cabaret pour exister ? C’est la performeuse qui est une œuvre d’art ?

Fin avril

Il existe des « psys du Djihad » chargés de la déradicalisation, avec fonds publics. L’un d’eux, Patrick Amoyel, est un violeur qui reconnaît le viol et le justifie par son caractère thérapeutique… Un escroc que les pouvoirs publics appréciaient… On appréciera la clairvoyance de ces pouvoirs publics.

 Les Roms sous le viaduc. Boulevard Blanqui, Paris 13e.

Roms sous le viaduc Boulevard Blanqui, Paris 13ème (coll part.)

retour à la page d'accueil