Leïla Sebbar romancière et nouvelliste

Journal d'une femme à sa fenêtre  

suite 35
(juillet-août 2015)

                                                          CONTACT








      

Juillet-août 2015


Les paysans français manifestent. Les oliviers en danger. La pornographie banalisée. L’enfant palestinien brûlé vif. Deux jeunes Palestiniens tués au cours d’une manifestation. Retour de la famille de Roms sous le viaduc (Paris 13e). Les caprices du roi d’Arabie saoudite. Ruse des femmes tchétchènes. Irina Ionesco, mère proxénète. Paris-Tel-Aviv Plages. Tortures en Égypte. Cerisy-la-Salle, le domaine de Édith Heurgon, un miracle. Palmyre, la décapitation de l’ancien directeur des Antiquités, Khaled Assaad.

Juillet 2015

Début juillet

On n’aime pas les métisses, surtout ceux dont l’histoire familiale est liée à l’histoire coloniale. On les appelle : « 50/50, 50 % mouton, 50 % cochon » (pour les Franco-Maghrébins) ; « tête de poulet, cul de canard » pour les Eurasiens. Avec la mondialisation, présentée par les médias comme le miracle du siècle, tout cela disparaîtra, s’uniformisera, comme les objets, les vêtements, la cuisine, la culture, les monuments, les tours. Tout se ressemble, c’est ennuyeux, on éradique les différences, jusqu’à la différence sexuelle, primordiale, irréductible.
 

Les agriculteurs manifestent. Partout en France, des « Jacquou le croquant » comme en Dordogne, dans les pays de ma mère il y a plus d’un demi-siècle. Déterminés, jeunes pour la plupart, endettés, désespérés. Éleveurs et producteurs de lait, ils travaillent à perte, ruinés par la concurrence déloyale (Allemagne, pays de l’Est, des fermes immenses de porcs, installées en Roumanie par des firmes américaines ; Espagne…) encouragée par l’Europe financière, libérale, capitaliste barbare… On voulait une Europe sociale…

Suicides fréquents d’agriculteurs. Vente des fermes. La France brade son agriculture, ses terres, ses produits, ses hommes. Durant les manifestations j’ai entendu souvent le mot « paysan » disparu au profit d’« exploitant agricole » ou « agriculteur », comme le mot si beau « Instituteur » est remplacé (grâce à Monsieur Lionel Jospin) par un prétentieux « Professeur des écoles ».

La nouvelle réforme des collèges, imposée à des professeurs qui n’en veulent pas, dit bien l’incurie d’un gouvernement qui ne sait pas gouverner. Chaque jour, des preuves de cette incapacité.

Et si les oliviers disparaissaient et tous les arbres et les vignes et les forêts… apocalypse verte, une bactérie tueuse qu’on ne réussit pas à neutraliser a touché les oliviers d’Italie, de Corse, bientôt la Provence… Et l’olivier de Lucien Igor Suleïman, planté par lui à la Gonterie en Dordogne, sera-t-il épargné ?

Les catastrophes végétales, animales, humaines s’additionnent… On les filme, la télévision s’en repaît, les écologistes ne font rien, ils veulent des places au gouvernement et dans les instances de pouvoir.
 

Mi-juillet

Impression de temps de guerre où les jeunes gens se font tuer au front, tandis que les planqués s’amusent, font la fête de manière obscène.

Les Beyoncé, Rihanna, Nicki Minaj, Kim Kardashian, manipulées avec délices par les manitous de la communication, de l’image pornographique présentée comme libératoire pour touts les femmes « modernes » et « artistes ». Une supercherie qui rapporte de l’or et la célébrité mondiale. L’industrie du spectacle reprend à son compte le mot d’ordre du MLF « Notre corps nous appartient ». Les vedettes jeunes, belles, libérées font ce qu’elles veulent de leur corps, on peut les prendre pour modèles, tel est le message de ces industriels du sexe. La pornographie libère les femmes… et les hommes… Bientôt les enfants. La pornographie serait transgressive. Ce serait l’avant-garde de la culture, aujourd’hui. Et qui n’adhère pas à cette idée est arriéré, ringard, conservateur, antirévolutionnaire… Une nouvelle identité serait née, pornographique, exhibitionniste… soumise en fait aux diktats des pornographes rapaces auxquels font allégeance des femmes aliénées, à peine un petit pois dans la tête.

Ces vedettes de la nouvelle pornographie s’amusent, gagnent de l’argent, le monde entier les admire.

Pourquoi vouloir que l’intelligence, l’esprit, la pensée gagnent ?


31 juillet

Près de Naplouse, à Douma, village de Cisjordanie, un enfant palestinien est brûlé vif dans la maison familiale. Son frère de 4 ans, sa mère et son père sont gravement brûlés. Un colon juif fanatique a lancé une bombe incendiaire contre la maison. Destruction de maisons et de mosquées, graffitis racistes, champs brûlés, réserves d’eau empoisonnées… On ne compte plus les attentats contre la vie des Palestiniens occupés. Netanyaou a parlé de crime terroriste. C’est d’autant plus remarquable que, selon l’ONG israélienne Yesh Din, 85 % des plaintes de Palestiniens à propos de colons sont classées sans suite par la justice israélienne. Cela n’empêche pas la poursuite de la colonisation qui ruine les pourparlers de paix et l’idée partagée par des Israéliens et des Palestiniens de deux États.

À la suite de ce meurtre, manifestations palestiniennes. Deux jeunes Palestiniens tués par des soldats israéliens à Gaza et près de Ramallah…

Des femmes israéliennes et palestiniennes organisent 50 jours de jeûne pour la paix. Elles se sont installées en face de la résidence de Netanyaou. Jusqu’à quand l’impunité de l’État israélien ?

Août 2015

Début août

Retour des Roms sous le viaduc.

Le père et la fille aînée Tatsiana aux yeux couleur d’anis, environ dix ans, ne mendient pas près de la boulangerie des Chinois « L’atelier des saveurs ». Elle est fermée en août. Jean, le vieux Jean, plié en deux sur ses baguettes, part en Normandie. La famille chinoise, je ne sais pas. La mère et la petite sœur de Tatsiana se sont installées au seuil d’une autre boulangerie du quartier.

Quant au roi d’Arabie saoudite, au bout de 8 jours il quitte sa villa, la plage et les 300 mètres de mer réquisitionnés, pour le Maroc. Il pense qu’il peut tout acheter. On démonte la structure construite pour l’ascenseur qui ne montera pas jusqu’à la villa et l’espace bétonné sera rendu à la mer et aux habitants. Les commerçants sont mécontents. La suite de 1 000 personnes les abandonne à leurs plaintes.

En outre, ce roi qui s’est fait soigner en France dans les hôpitaux de Paris en squattant je ne sais combien de chambres pour ses employés, n’a pas payé la note de 3,7 millions d’euros. Les contribuables français la paieront ?

Parce qu’il a promis l’achat de Rafales, des avions militaires qui compléteront ses collections, il pense pouvoir vivre dans la plus totale impunité.

Pendant que le roi se repose au Maroc, 17 policiers sont assassinés près d’une mosquée, en Arabie saoudite.

 

Daech piégé par trois femmes tchétchènes… Elles contactent l’E.I. pour rejoindre sa base et épouser des combattants, mais elles n’ont pas d’argent. L’E.I. envoie 2 800 euros. Le compte a été ouvert sous un faux nom, fermé aussitôt l’argent reçu. Elles ont été interpellées par la police russe. Mais l’E.I. doit porter plainte. Un bel exemple des ruses des femmes que raconte la conteuse des Hauts Plateaux maghrébins, Nora Aceval (éd. Alain Gorius-Al Manar).

Dans le journal Le Monde, le récit d’une affaire de famille. Irina Ionesco, photographe qui n’a cessé de porter atteinte à la vie privée de sa fille Eva, de 4 à 12 ans, accuse Simon Liberati d’atteinte à la vie privée dans son dernier roman Eva (éd. Stock) du nom de sa femme, fille de Irina.

Fille-objet, propriété de la mère, corps confisqué pour des milliers de photos et deux films pédopornographiques (Eva avait 11 et 12 ans).

L’exemple même de la mère-maquerelle qui donne ou vend le jeune corps de sa fille.

Irina Ionesco sera déchue de ses droits parentaux. On voit souvent de ces mères qui manipulent le corps de leur fille pour séduire. Habillées comme des petites Miss, petites femmes-putes, exhibées sur les podiums dès le plus jeune âge, poupées mécaniques en action commandée. Un jour, je pense, elles tueront leur mère proxénète, réellement, pour être libres. Légitime défense.


Jeudi 13 août

Polémique autour de Tel-Aviv sur Seine à Paris-Plages. Un Paris-Plages renouvelé chaque année, miteux, gris, triste. Faux sable, faux palmier, fausse plage, tout est faux et minable pour « les pauvres qui ne partent pas en vacances »… La Mairie de Paris invente Tel-Aviv Plages à Paris. Comme si le choix de la ville israélienne pouvait être neutre. Colonisation (l’une des dernières avec la chine au Tibet), occupation militaire, confiscation arbitraire des terres palestiniennes pour que la Palestine disparaisse. Colonisation intensive de Jérusalem pour que la ville ne soit pas la capitale d’un État palestinien… Si Tel-Aviv n’est pas le symbole d’Israël et de sa politique prédatrice… Il faut être faible d’esprit pour croire que la politique est exclue de cette opération « festive ». On a déjà oublié l’agression de la famille de Douma en Cisjordanie, l’enfant brûlé vif et la mort du père de la suite de ses brûlures. La fête a la mémoire qui flanche, gravement. Les Palestiniens ont organisé Gaza-Paris-Plage, à Paris…

 

Et voici que l’Égypte autoritaire et militaire oublie, elle aussi, la révolte de son peuple contre le tyran. La police égyptienne torture. Les violences policières n’ont pas cessé depuis la prise de pouvoir du président Al Sissi en 2013. Et le cycle infernal de la dictature se poursuit. Jusqu’à la prochaine révolte ? Et la France socialiste vend des avions Rafale à l’Égypte et à l’Arabie saoudite… Pour des guerres contre le peuple, contre des civils.

Combien de temps faudra-t-il à l’Orient musulman pour accéder à l’État de droit ?

Rappelons que le chaos actuel a été provoqué par les États-Unis et l’Europe, intervenant sans discernement en Afghanistan (c’est l’Arabie saoudite et des Saoudiens qui sont responsables de l’attentat des tours jumelles à New York en 2001 et non l’Afghanistan, malgré la présence de Talibans sur son sol), en Irak (sur un mensonge grossier, pour anéantir le pays, aujourd’hui exsangue et la proie de Daech), en Libye (d’où proviennent les armes, les réfugiés victimes de l’anarchie et des milices, où Daech affirme sa présence en décapitant des chrétiens), au Mali et en Centre-Afrique contre le terrorisme islamiste, mais la France socialiste ne comprend pas encore que les groupes actifs se reconstituent en permanence et attaquent où ils veulent, quand ils veulent… Et aujourd’hui en Europe, en France en particulier, la cible préférée de Daech en Europe. Une politique extérieure lamentable.

 

17 au 18 août

Deux jours à Cerisy-la-Salle, au « château », où se déroule un colloque sur la nouvelle, le « récit court », auquel Sabrinelle Bédrane de la Sorbonne Nouvelle, m’a invitée. Le domaine de Édith Heurgon est une exception culturelle et écologique. (elle me raconte que Kateb Yacine a été hébergé à Cerisy pendant la guerre d’Algérie.) On se dit devant un tel miracle que le livre peut exister dans toute sa gloire et qu’il n’est pas seulement un objet de consommation fabriqué sur mesure, formaté pour le carré-livres des grandes surfaces, des gares et des plages.

Daech a décapité l’ancien directeur du site archéologique de Palmyre. Torturé, il n’a pas révélé la cache où il a mis à l’abri des prédateurs de l’E.I. les objets précieux du site. Le corps supplicié de Khaled Assaad, 82 ans, a été accroché à une colonne antique sur l’une des places de Palmyre. Un acte qui rappelle la décapitation d’un chef d’entreprise en France, sa tête accrochée au grillage de l’usine par un jeune djihadiste.

Ces jeunes assassins jouissent de leur geste pour une « cause juste » qui fera d’eux bientôt des martyres, des héros célèbres sur la toile, la nouvelle fait le tour du monde à la « vitesse de la lumière ». Ils sortent ainsi de l’ombre et de l’anonymat pour le Paradis de tous les plaisirs. Croient-ils cela ?

 

Je reviens du café-brasserie Le Rostand, face au jardin du Luxembourg, où Xavière Gauthier me parle de son projet de recherche. On discute comme on le faisait à Sorcières, la même liberté, la même complicité.

Je m’arrête au cimetière Montparnasse pour la tombe de Beauvoir-Sartre. La pierre tombale a été balayée, plus de tickets de métro. Une rose blanche fanée et des tickets de visites culturelles : Napoléon aux Invalides, la Sainte Chapelle, la couronne de la duchesse d’Angoulême au Louvre… Cela suffira-t-il à les divertir ?